La perte de l’audition touche de nombreuses personnes, mais elle est bien souvent décelée trop tard. En effet, il n’est pas toujours facile de se rendre compte d’une diminution de ses capacités auditives. Pourtant, si vous constatez l’apparition de sifflements ou de bourdonnements, si vous avez de plus en plus de mal à entendre une conversation, si vous ressentez une gêne dans les espaces bruyants ou encore l’apparition de vertiges, il est conseillé de procéder à un test auditif. Vous auriez tort de penser que tant que vous entendez, tout va bien, car la perte d’audition est lente et progressive, et il n’est pas possible de revenir en arrière. Or, l’impact se fait ressentir sur votre qualité de vie.

Un test d'audition se réalise à tout âge, car la perte auditive peut toucher toutes les générations. En effet, celle-ci peut être due à l’âge avancé, mais également à une exposition répétée au bruit, à l’écoute forte de la musique, à une maladie ou encore à des facteurs héréditaires. Découvrez en quoi il consiste, son interprétation et les démarches à entreprendre selon les résultats obtenus.

Comment se déroule un test auditif ?

test auditif

Il s'agit d'un examen simple et sans douleur qui dure en moyenne 30 à 45 minutes. Il est réalisé avec un ORL ou un audioprothésiste, dans un cabinet équipé d’un espace insonorisé et de matériel adéquat.

Que mesure-t-il ?

Un test auditif est destiné à mesurer plusieurs éléments:

  • L’audibilité : il s’agit de la capacité à percevoir les sons légers émis à basses et à hautes fréquences.
  • La compréhension au sein d’un cadre silencieux : il s’agit de la compréhension d’un interlocuteur qui s’adresse à vous dans un cadre silencieux, sans que vous le voyiez.
  • La compréhension au sein d’un cadre bruyant : il s’agit de la capacité de compréhension d’une discussion et d’échanges dans un contexte bruyant.
  • La tolérance au bruit : il s’agit de la définition du niveau sonore à partir duquel les bruits de fond perturbent la compréhension d’une discussion.
  • L’audition directionnelle : cette mesure évalue la capacité à identifier la provenance et la localisation d’un bruit.
  • Le ciblage : il s’agit de la capacité à isoler un son, comme une conversation, dans un environnement bruyant afin de le comprendre.
audiometrie

Quelles sont les différentes étapes ?

Un test auditif se décline en 7 étapes. Les deux premières étapes sont des phases de découvertes générales du patient, de son audition et de ses besoins. Les cinq étapes suivantes consistent en des examens approfondis, notamment afin de cibler la capacité auditive du patient, la présence éventuelle de troubles et la source de la déficience.

  1. L’anamnèse constitue la première étape. Il s’agit d’un entretien préliminaire qui se déroule avant le test d'audition à proprement dit. Le spécialiste audiologiste pose une série de questions au patient afin de disposer d’un aperçu global de l’audition de celui-ci, d’identifier d’éventuels troubles et de définir les contextes dans lesquels l’audition est de bonne qualité et ceux où celle-ci s’avère déficiente. Cet entretien lui permet également de découvrir les éventuels cas de troubles auditifs au sein de la famille du patient, ses antécédents personnels,les traitements qu’il suit (certains pouvant impacter l’audition) et son contexte de vie privée et professionnelle afin de discerner de possibles facteurs aggravants. Il se devra également de cerner les besoins et les attentes du patient en matière d’audition.

  2. La deuxième étape est un examen des oreilles. Le spécialiste ausculte les oreilles du patient à l’aide d’un otoscope, ceci afin de constater la présence éventuelle de lésions du conduit auditif ou du tympan.

    À la suite de ces deux examens préliminaires, le test auditif peut réellement commencer. Il se déroule dans une pièce fermée et insonorisée.

  3. L’audiométrie tonale liminaire constitue l’étape 3 etconsiste à effectuer une analyse précise de la capacité auditive du patient. Pour ce faire, celui-ci porte un casque ou des écouteurs qui lui envoient une série de sons purs.

  4. L’épreuve tonale est l’étape suivante. Elle sert à déterminer les seuils auditifs du patient. Il s’agit des sons les plus faibles que l’oreille peut entendre dans des intensités et des fréquences différentes, du plus grave ou plus aigu. Le spécialiste peut ainsi déceler une perte d’acuité auditive et en comprendre la nature.

  5. L’impédancemétrie consiste ensuite à mesurer la capacité de l’oreille à percevoir des sons purs à l’aide d’un transmetteur installé derrière celle-ci, afin de déceler d’éventuels troubles de la cavité de l’oreille moyenne.

  6. L’audiométrie vocale sert à évaluer la discrimination auditive, c’est-à-dire la capacité de comprendre une parole prononcée. L’étude porte sur les capacités du nerf auditif qui transmet les signaux entendus par l’oreille directement au cerveau. Le spécialiste vérifie si les difficultés de compréhension de la parole peuvent se situer au niveau du cerveau.

  7. Enfin, la tympanométrie ou immitancemétrie a pour objet d’analyser la mobilité du tympan du patient et l’aération de son oreille moyenne. Ce test permet de constater une éventuelle perforation du tympan, une rigidité particulière ou une dysfonction tubaire. Les résultats de ces différents tests sont présentés sous la forme d’un audiogramme. Celui-ci définit le degré de déficience auditive du patient et préconise ou non le port d’un appareil auditif.

L'analyse de l'audiogramme

analyse audiogramme

L’audiogramme présente les résultats des différents tests effectués par le patient. Pour l’analyser et l’interpréter, le spécialiste se base sur les valeurs de référence d’un audiogramme normal, comme dans le cas d’une analyse sanguine. Ces résultats sont utiles pour permettre de diagnostiquer le type de déficience auditive et de surdité dont un patient est atteint.

Les résultats permettent au praticien de mieux cibler les capacités d’audition d’un patient et ainsi de voir si celui-ci a besoin d’un appareil auditif ou non.

Les mesures de la déficience auditive

Le spécialiste s’appuie sur une série de mesures pour cerner la déficience auditive de son patient.

  • Pour une perte de décibels située entre 20 et 40 dB, la déficience auditive est considérée comme légère.
  • Pour une perte de décibels située entre 40 et 70 dB, la déficience auditive est considérée comme moyenne.
  • Pour une perte de décibels située entre 70 et 90 dB, la déficience auditive est considérée comme sévère.
  • Pour une perte de décibels supérieure à 90 dB, la déficience auditive est considérée comme profonde.

Les résultats après le bilan auditif

L’analyse fine du résultat est réalisée par un médecin ORL. Si vous avez effectué votre test avec un audioprothésiste, celui-ci vous dirigera vers ce type de spécialiste.

Le médecin ORL analyse les résultats du bilan du patient. Il détermine le niveau de perte auditive et il identifie la cause de cette perte. Toutefois, les origines de celle-ci peuvent être nombreuses.

Si la déficience auditive est liée à une maladie, le spécialiste préconise ensuite un traitement adapté. Si aucune pathologie n’est en cause, il conseille la mise en place d’un appareillage auditif afin d’apporter plus de confort au patient. L’appareillage proposé doit être capable de répondre aux besoins et au mode de vie du patient.

En cas de perte auditive définitive, l’ORL dirigera le patient vers un audioprothésiste afin de voir si un type d’appareillage ou d'aide auditive peut apporter une solution améliorative et en définir ses réglages.

Les tests auditifs en ligne : fiabilité, avantages et limites

Il serait erroné de penser qu’une perte de l’audition est subite et qu’elle constitue la conséquence d’un âge avancé. Au contraire, la perte auditive peut toucher des personnes de tous âges et elle s’installe de manière progressive en raison de facteurs héréditaires, d’une maladie, de mauvaises habitudes ou d’une surexposition régulière et répétée au bruit dans le cadre d’une activité professionnelle ou personnelle. En conséquence, la plupart des personnes touchées ne s’en aperçoivent que tard, lorsque le trouble est bien installé et que la perte d’audition est importante.

Pour éviter cette fatalité, il est conseillé à tous de procéder à une évaluation de la capacité auditive. Pour ce faire, il n’est pas forcément nécessaire de se rendre chez un ORL ou chez un audioprothésiste. Il existe désormais des tests d’audition à réaliser en ligne, de chez soi et bien souvent gratuitement.

Ces tests simples consistent en une anamnèse, comme dans le cadre de celui effectué chez un spécialiste. Il suffit de répondre à certaines questions qui établiront le profil de la personne, ses antécédents, ses habitudes de vie et son exposition au bruit. La diffusion de sons permet ensuite de réaliser un premier dépistage.

S'il n'a rien révélé, aucune démarche n’est à entreprendre. Dans le cas contraire, il est conseillé de consulter un ORL afin d’effectuer une audiométrie plus précise. Cette seconde analyse peut éliminer tout risque ou bien déceler une perte auditive. Le spécialiste préconisera ensuite les solutions qui s’offrent au patient pour y remédier.

Si ces tests permettent d’évaluer la possibilité d’un risque de perte auditive de chez soi et gratuitement, ils ne constituent pas une solution à part entière. Il s’agit d’une première étape qui vous permettra de vous rassurer ou de savoir qu’il est préférable de consulter un spécialiste pour réaliser un véritable bilan auditif complet. Leur fiabilité est plus ou moins élevée selon les sites ; il est donc recommandé de vous tourner vers un test mis en ligne par un spécialiste de l’audition. Quoi qu’il en soit, cette première étape est parfois un tremplin intéressant pour encourager des personnes qui n’ont pas conscience de leur perte auditive à consulter.